Dan Vandal

Votre député de


Saint-Boniface-Saint-Vital

Dan Vandal

Votre député de


Saint-Boniface-Saint-Vital

Menu

Investir dans les soins de santé

Un financement fédéral ciblé d’environ 182 millions de dollars sur cinq ans pour le Manitoba afin d'améliorer l’accès aux services de santé mentale et de traitement des dépendances, ainsi que les soins communautaires et à domicile

* publié dans The Lance le 24 juillet 2019 *

Les besoins de la population vieillissante en matière de soins de santé sont en train de transformer les exigences qui pèsent sur notre système de santé. En outre, en raison de la hausse du taux de maladies chroniques, il devient encore plus nécessaire de s’adapter afin d’offrir de meilleurs soins et de meilleurs résultats dans un contexte innovateur reposant sur la collaboration.

Il faut consolider le système de santé universel canadien. C’est pourquoi, en mars 2017, le gouvernement fédéral a annoncé de nouveaux investissements de 11 milliards de dollars sur 10 ans pour améliorer l’accès aux services de santé mentale et de traitement des dépendances, ainsi que les soins communautaires et à domicile, partout au Canada.

Le 16 avril 2019, le gouvernement du Manitoba a signé un accord bilatéral avec le gouvernement du Canada afin de recevoir ces fonds destinés aux soins communautaires et à domicile ainsi qu’aux services de santé mentale et de traitement des dépendances. L’accord alloue au Manitoba un financement fédéral ciblé d’environ 182 millions de dollars sur cinq ans pour améliorer l’accès à ces soins et services. En 2021‑2022, l’accord sera renouvelé pour les cinq années restantes de l’engagement de 10 ans, qui prévoit un investissement d’environ 400 millions du gouvernement fédéral au Manitoba afin d’y améliorer les services de santé.

On prévoit que ces fonds fédéraux contribueront à accroître le nombre d’heures de soins infirmiers et de services de préposés aux soins à domicile, ainsi qu’à mettre sur pied un système de soins communautaires à domicile qui permettra d’éviter des séjours en milieu hospitalier et dans des établissements de soins de longue durée.

Par ailleurs, notre système de soins de santé ne peut pas fonctionner correctement si les Canadiens n’ont pas les moyens d’acheter les médicaments dont ils ont besoin. C’est pourquoi nous avons créé, en juin 2018, un conseil consultatif qui a recommandé récemment des options pour la mise en œuvre d’un régime national d’assurance‑médicaments. Avant la publication du rapport du conseil, le gouvernement avait annoncé la création de l’Agence canadienne des médicaments, une nouvelle agence nationale du médicament qui misera sur les réussites des provinces et des territoires et adoptera une approche coordonnée afin d’évaluer l’efficacité des médicaments sur ordonnance et de négocier le prix de ceux‑ci pour le compte des Canadiens. C’est un premier pas vers la mise en place d’un régime national d’assurance‑médicaments et nous sommes déterminés à faire en sorte que les Canadiens n’aient pas à choisir entre payer leurs médicaments ou faire l’épicerie.

Je sais que la crise de la métamphétamine à laquelle Winnipeg est confrontée inquiète certains habitants de la circonscription de Saint-Boniface – Saint-Vital et de toute la ville. En décembre dernier, le gouvernement fédéral a accordé à la province du Manitoba des fonds d’urgence de près de 4,2 millions de dollars pour faciliter l’accès au traitement des troubles liés à la consommation d’une substance. Une fois que la province aura lancé l’appel d’offres, ces fonds permettront d’accroître le nombre de lits de soins de longue durée à Winnipeg et à Brandon pour les cures de désintoxication destinées aux personnes qui ont une dépendance à la métamphétamine.

Nous savons que la santé d’une personne est déterminée par plusieurs facteurs, dont sa situation d’emploi, son revenu, son éducation, son logement et les expériences vécues pendant son enfance. Je suis fier du travail accompli par le gouvernement à ces égards, notamment les mesures prises pour rendre l’éducation postsecondaire plus abordable, la création de la toute première Stratégie nationale sur le logement du Canada et l’instauration de l’Allocation canadienne pour enfants. Il reste encore du travail à faire, mais j’estime que nous sommes dans la bonne voie.